REVUE DE PRESSE

«  La Makanie pose ses pieds nus sur les tréteaux du festival et embarque avec son musicien son public au pied du grand Baobab. Là face à un silence étonnant, devant une salle comble, elle n’en fini plus de nous tenir en haleine (…) La conteuse ne mâche pas ses mots (…) Il n’y a rien d’autre qu’un halo de lumière et eux deux et pourtant tout l’espace est habité avec justesse, (…) du grand art de paroles (…)

Le Théâtre du Pré en Bulles a encore frappé nous laissant sous le charme. (…) Qui osera dire que les contes « c’est ringard » »   Le p’tit journal 2008

« Et Cric et Patatrac ! la bonne humeur se propage sur les gradins. (…) Les artistes sont là pour « tricoter leurs histoires à manches longues » aujourd’hui, le Pré en Bulles, entraîne son public dans ses histoires de loups, une création spécifique pour la petite Yourte où la peur déclenche les rires, où les silences deviennent pesants quand la parole se tait pour faire place aux sons évocateurs. Peur du loup ?  Sans aucun doute ! »    Ouest France 2008

 

 

 

« Le Théâtre du  Pré en Bulles a spécialement écrit le conte qu’elle a joué devant les résidents et les jeunes montagnard , (…) Un bouquet final qui permet à la conteuse d’être passeuse d’émotions. (…) Elle a  des choses à dire pour que l’humanité ne se perdre : elle dit les mots, Joël dans sa discrétion pose un fond sonore qui régale les oreilles et les yeux. »        Ouest France  L Montagne 2007

« les mots pleins de malice, les sonorités enchanteresses de Joël (…) Une belle évocation de la vie où rien n’est figé définitivement (…) Raconter le mystère de chaque rencontre et le basculement d’un certain monde, faire douter son public, déposer la peur à ses pieds qui marchent dans l’histoire, déclencher le rire par inadvertance en conjuguant le verbe de travers… (…) Tout y est, y compris la complicité partagée avec les aînés. Brodeuse de rêves la compagnie tisse ce qui relie les générations. »                      Presse Océan 2006

« Conte champêtre aujourd’hui pour les enfants et adultes du RAM du SIVOM de Bouaye, un spectacle émouvant, drôle, sensible, poétique par la musicalité des mots et des sons  (….) Un moment de bonheur simple »                Courrier du Pays de Retz 2005

« Elle joue les mots et en fait des merveilles : elle capture les rires dans les yeux de son public, s’en désaltère pour marcher sur les longs chemins de ses histoires. Jouant les rimes, elle arrime les sons de sa voix, de son corps et retient en haleine les 150 petits et grands (… ) Elle ouvre grand les portes des paysages de son imaginaire, de sa fantaisie. Elle « marche… marche sur les mots » sans doute, sans gène avec un goût prononcé pour l’originalité de l’instant, des mots qui coulent de source… A la voir, c’est facile, si facile que nous sommes pris sans le vouloir et tombons comme les enfants dans la grandeur des émotions, passant du rire aux larmes contenues (…) Elle va jusqu’au bout d’elle et de nous ! (…) Une fois encore Maryèle et Joël nous ont émerveillé. »   Ouest France décembre 2004

«  Féérie des mots… l’enthousiasme d’un avant Noël pour cette rencontre avec le Théâtre du Pré en Bulles venu conter pour un public inter génération du quartier . (…) Le thème a plu : « la vieille mamée a toujours rêver d’un enfant dans le nid de son ventre… »  (… ) Un spectacle fait de tendresse, où les mots dansent sur les sons, où les chansons se posent comme une évidence qui permet le lâcher prise aux émotions. »    Ouest France décembre 2004

« Au pays du conte avec le Théâtre du Pré en Bulles . Pas une minute à perdre, elle pose le décor : « les histoires se racontent lorsqu’il n’y a plus de bruit… » et le silence se fait à entendre une mouche voler… Ils sont bouche bée et se laissent prendre au filet d’une voix tantôt suave, tantôt tempétueuse qui raconte comment une reine a accouché d’un romarin. (…) les ritournelles sont contagieuses et reprises en chœur par le public (…) Pieds nus, ils ne s’embarrassent pas de superflu et disent en souriant que : le public par ses gestes, ses regards, ses rires est le terreau de leurs improvisations

(…) Ils nous subjuguent de leur créativité (…) »   Ouest France 2001

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 accueil/presentation/association/secretariat/contact